La Crapule papote

Je Suis Une Maman Partagée

Être une maman multipare c’est pas si évident que ça.

Pendant la grossesse ma plus grande crainte était de ne pas avoir assez d’amour pour deux bébés.

Avec Doudou on a une relation vraiment fusionnelle.

Mon premier bébé.
C’est lui qui m’a fait devenir maman.
Qui m’a appris à être une maman.
Il m’a poussé dans mes retranchements.
J’ai réussi à m’affirmer grâce à lui.
A imposer mes choix. J’ai découvert la joie du portage.
L’allaitement. On a vécu la reprise du boulot bien trop tôt.
La séparation. Les retrouvailles.
J’ai mis plusieurs mois avant d’accepter de  le laisser quelques heures puis une nuit.

Est ce que je serai capable d’aimer autant mon autre bébé?

Et bien oui!! Je l’ai attrapé, je l’ai glissé sur moi, je l’ai regardé, et je l’ai aimé.

Mais être une maman multipare ce n’est pas qu’avoir de l’amour pour deux.

C’est réussir à avoir du temps pour deux. Réussir à donner autant à chacun.
Répondre aux besoins de chacun.

Et la, j’avoue j’ai du mal.

Pour Doudou j’accourais aux moindre pleurs, au moindre bruit.
D’ailleurs il quittait rarement mes bras ou l’écharpe.
Alors bon, c’était un BABI (bébé aux besoins intenses).
Il avait besoin de beaucoup beaucoup de contact, d’attention. Il pleurait beaucoup le soir.
Mais avec Mini c’est différent.
Bon déjà c’est un bébé beaucoup plus calme.
Il peut rester dans son transat sans rien dire, à regarder tout autour.
Il s’endort seul. Et pleure peu.

Mais quand il pleure, je l’avoue il peut m’arriver d’attendre quelques minutes avant de le prendre.
Je termine vite fait ce que je fais, et je vais le prendre.
Alors que j’accourais pour Doudou.
Je lâchais tout.
Mon homme me l’a d’ailleurs fait remarqué…
Mais parfois je m’en veux.
Ce n’est que quelques minutes finalement.
Ce n’est pas bien grave.
Mais j’ai l’impression de ne pas répondre assez vite à ses besoins.
Comme pour son frère.

Et si je suis avec Doudou, je ne lâche pas tout parce que son frère pleure.
Je ne veux pas qu’il se sente « abandonné ».
J’essaie de le faire participer.
Changer la couche ensemble.
Donner la tétée en continuant l’histoire.

Coté dodo, là encore tout est différent.
Avec Doudou on cododotait. Dès le départ.
Au départ je prenais « l’excuse » de l’allaitement.
Que c’était plus pratique. Moins crevant la nuit.
Mais finalement, l’un et l’autre on en avait besoin.
Car oui j’en avais besoin aussi.
De sentir son petit corps, et son souffle à coté de moi.
J’étais rassurée de le savoir là.
MiniDoudou lui, a son berceau juste a coté de moi.
Le soir il s’endort dans son berceau.
Je le récupère pour sa tétée de 4h30, et si je ne m’endors pas avec lui, je le remet dans son berceau.
J’ai besoin de le savoir à coté de moi, mais j’ai aussi besoin de mon espace.
Après tout, il y dort super bien puisqu’il s’endort vers 21h30, un petit réveil vers 4h30, puis a 8h30.
Mais là encore je me sens coupable de ne pas ressentir la même chose.
Ce besoin intense de dormir avec lui.

Et je me suis déjà dit que Doudou ne comprendrait pas que son frère dorme à mes coté, alors que lui doit dormir dans son lit.
Vous me direz qu’il suffit de lui expliquer, mais j’ai toujours peur qu’il soit jaloux.
Je ne veux pas qu’il se sente rejeté.
Je ne voudrais pas qu’il rejette son frère.
Qu’il se sente délaissé.

Mais finalement est ce que je répond totalement aux besoins de mon deuxième bébé.
Oui il est beaucoup plus calme, zen, mais à force de vouloir préserver mon grand, est ce que je ne délaisse pas mon bébé.
D’un autre coté, la journée, Doudou est à la crèche, et je suis en tête à tête avec mon Mini.
Et il arrive souvent que je prenne du retard dans les taches que j’avais prévues à force de le regarder, l’observer, répondre à ses areuuh. J’ai toujours autant de plaisir à le porter. L’allaiter.
Et puis mon « grand » garçon comprend très bien. Il accourt dès que son petit frère pleure.

Je me pose bien trop de questions, je le sais.

Mais finalement ce sont deux bébés (très!) différents.
Qui, en fait n’ont simplement pas les mêmes besoins.
Et je m’appuyais sur ce que je connaissais, ce que j’avais déjà vécu.

Je veux juste trouver le meilleur pour mes bébés.
Je voudrais pouvoir répondre à tous leurs besoins à tous les deux.
Et j’ai parfois l’impression de ne pas y arriver.
Mais on ne peut pas être la même maman pour son premier et le suivant.
On a appris, on a murit.
On a aussi moins de temps.

Et même si je suis une maman partagée, le plus important c’est que je les aime plus que tout, et que je fais de mon mieux ❤

 

Publicités

4 réflexions au sujet de « Je Suis Une Maman Partagée »

  1. Nous sommes 5 enfants, certes d’une famille recomposée, a avoir grandi ensemble. Mes parents (père et belle-mère) ont été différents avec chacun d’entre nous parce que nous étions 5 enfants différents. Aujourd’hui encore les relations sont différentes et c’est étrange de voir comme nous sommes tous différents et pourtant élevés quasiment pareil.
    Je comprend tes questions, je me demande souvent si je pourrais aimer un second bébé autant que j’aime ma fille…

    J'aime

  2. Si j’avais la chance d’avoir un deuxième enfant, je suis certaine de l’aimer autant que mon premier, mais je me demande comme toi comment je réussirais à me dédoubler, il est certain que je ne pourrais pas lui donner autant qu’à ma fille au même âge… Et puis, je me dis que ce ne serait certainement pas plus mal pour autant, juste différent

    J'aime

Un petit mot...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s