Être mère

Je me suis perdue…

J’ai toujours voulu avoir des enfants. J’ai toujours su que j’étais faite pour ça.
Etre une mère de famille c’est peut être la seule chose que j’ai toujours su que je voulais être.
Je rêvais de materner.

  

Et puis j’ai rencontré mon homme, on s’est installé ensemble, on s’est pacsé, on a pris notre temps et on a décidé d’avoir un mini nous. Fonder notre famille.
Bousculer notre vie à deux.
Ca n’a pas été de tout repos. Une vraie tornade.
Ce petit être à chamboulé notre vie.
Pas seulement car il fallait tout reconstruire, retrouver notre place, et se découvrir parent.
Découvrir l’éducation, et la vision de chacun.
Mais aussi car il ne voulait pas dormir seul, avait toujours besoin de contact, car il pleurait beaucoup, avait des besoins intenses. Qu’il avait ce besoin de fusion… tout comme moi.
J’ai repris le travail assez tot. Doudou a été à la crèche. Ca n’a pas été simple, mais il a pris ses marques, et a trouvé son rythme.
On s’est retrouvé, notre couple a surmonté ce tsunami de la naissance du premier enfant 🙂
Notre vie a repris son cours à 3. Un nouveau quotidien. Une nouvelle vie.

Mais fous que nous sommes, 18 mois après, nous nous préparions déjà à l’arrivée de notre deuxième petit bonhomme.
Nous allions re-bousculer notre petite vie bien installée.
Il fallait nous préparer nous, mais aussi notre Doudou.
Après un arrêt de travail assez tôt, à 4 mois de grossesse, notre deuxième Mini Nous est né avec un mois d’avance. Et avec du recul je me demande si ce petit mois ne m’a pas manqué finalement pour me préparer un peu plus à son arrivée.
Un petit bonhomme complètement différent.
Plus « indépendant », qui n’est pas si fan des bras que ça, qui dort très bien, qui n’apprécie pas spécialement être porté. On pourrait croire que du coup tout serait plus facile, et bien non. Car finalement le fait qu’il soit si différent me fait me poser des tas de questions. Je me sens parfois coupable de ne pas avoir cette fusion entre nous, j’ai l’impression de lui donner moins, alors qu’il n’a simplement pas les mêmes besoins.
Retrouver sa place à 4, est encore plus compliqué. Retrouver son couple encore plus.
Etre disponible pour tout le monde devient une angoisse, au point que je m’oublie.
Et que je me suis complètement perdue…

A l’arrivée de Mini Doudou, j’ai décidé de ne pas reprendre le travail, et de prendre un congé parental.
J’ai beaucoup hésité avant de prendre la décision de ne pas retourner travailler.
La séparation aux 3 mois de Doudou pour retrouver la vie active avait été compliquée pour tous les deux.
Je n’aimais pas spécialement mon job, que je n’avais pas réellement choisi en fait.
C’était surtout un job pour gagner de l’argent et payer les factures, pas un de ces job que l’on fait par plaisir et envie. J’avais l’impression de louper plein de petites choses.
Je suis devenue une mère au foyer.
Je pensais que c’était le meilleur pour tout le monde.
Bien sur, niveau finance c’est une concession, mais je vois mes enfants grandir, évoluer, explorer le monde.
Et c’est une si belle récompense.
Je peux aller chercher mon fils à l’école. Voir des étoiles dans ses yeux lorsqu’il me voit et qu’il me saute dans les bras.
Question organisation tout est beaucoup plus simple, car je suis disponible.
Je ne loupe plus rien.
On me dit souvent que je fais le meilleur métier du monde.

Mais voilà… Je vais l’avouer ici, être mère au foyer, JE n’aime pas ça!!
J’écris ces mots et j’en ai les larmes aux yeux.
Mes journées ressemblent à maison, école, maison, école.
On pourrait se dire que mon chez moi brille de partout, et bien même pas.
Car en fait, j’étouffe dans cet appartement.
Alors la cause est aussi, tout autre, car cet appartement manque aussi cruellement de place.
Mais je n’en peux plus.
Chaque jour, j’envie mon homme de partir travailler. De voir du monde et d’échanger.
Je l’envie que ses journées ne soient pas rythmées seulement par l’école, les couches, les repas, les NON siestes… Chaque jour quand il part travailler, je me retrouve face à mon bébé, en me demandant si finalement j’ai pris la bonne décision de ne pas retourner travailler.

J’ai deux merveilleux enfants, deux merveilleux petits bonhommes.
Je devrais être remplie de bonheur et pourtant j’ai l’impression d’être vide.
J’ai donné la vie.
Parfois je me dis même que je leur ai donné MA vie.
Je leur ai donné ma joie de vivre. Mon sourire. Tout mon temps.
Et aujourd’hui j’ai l’impression d’être vidée, de m’être perdue.

« Désormais ma vie ne m’appartenait plus. Je n’étais plus qu’un creux, un vide, un néant. Désormais j’étais mère. »
Film Un Heureux Evènement

Et pourtant je les aime tellement.
Il suffit de les entendre rire, pour que j’oublie tout.
D’entendre mon Doudou me murmurer « Je t’aime » au creux de l’oreille, et puis me regarder avec un petit sourire au coin des lèvres. Entendre Mini appeler Mammaammm quand il est réveillé.

Je commence tout juste à prendre du temps pour moi quelques heures par semaine, faire du sport.
M’occuper de moi, de mon corps. Me reconstruire.
Mini Doudou ira bientôt j’espère à la halte garderie 2 ou 3 demi journée par semaine.

Car finalement, pour être une mère au top pour mes bébés, il faut d’abord que je sois au top dans ma tête.
Me reprendre enfin en main. Me retrouver. Accepter que je ne suis pas parfaite et que c’est tout à fait normal. Accepter d’être une femme autant qu’une mère. Et admettre enfin, que prendre du temps pour soi est tout à fait légitime même lorsque l’on est mère.

« Il n’y a aucune recette pour devenir une mère parfaite, mais il y a mille et une façons d’être une bonne mère »
Jill Churchill

 

Publicités

7 réflexions au sujet de « Je me suis perdue… »

  1. Il n’y a aucune recette pour être une mère parfaite..
    Ce n’est pas parce que tu as toujours rêver d’avoir des enfants que tout est facile, beau et tout rose.
    Prends le temps de te retrouver, car oui, quelque part tu t’es perdue.
    Mais ne t’en fais pas.. le chemin tu le retrouveras, tu réussiras et tu t’épanouiras à nouveau.
    Car avant d’être maman, tu es une femme. Tu as la force de te retrouver et d’être qui tu veux être.
    C’est ça la magie de la vie.. quoiqu’il arrive nous sommes capable d’être qui nous voulons être..

    Des bisous et du courage

    J'aime

  2. ma belle tu es si jeune encore …. Bien sur ils sont tout petits, tu te consacres à eux et tu t’oublies mais ils vont grandir et toi aussi, ils seront moins dépendant de toi, vous allez trouver un équilibre. je comprends tes mots car tout comme toi je n’ai pas repris le chemin du travail pour le deuxième mais il faut voir le coté positif et te dire que c’est temporaire. donne toi le temps et l’envie de faire des projets, de t’occuper différemment. profite de ce temps pour chercher ce que tu veux faire ou même te trouver une passion. gros bisous

    J'aime

  3. Je me retrouve un peu dans ton article, même si j’ai repris le boulot tout de suite après mon congé maternité. Les gens me trouvaient folle de laisser ma petite de 4 mois à la crèche 5 jours sur 7 de 7h45 à 17h. Mais je me connais, je sais que j’aurais craqué. Je craquais déjà après 4 mois non stop avec elle. Avec elle et ses coliques H24, mon impuissance et puis je m’ennuyais tellement… J’avais besoin de voir du monde et de sortir de mes 4 murs, de parler de tout et de rien et pas que de bébé, j’allais imploser sinon ! Même si mon job ne me satisfait pas toujours, je vois du monde, je me fais de l’expérience, ça paie mes factures et je peux avoir des loisirs à côté. Pour l’instant elle est encore petite, mais j’ai hâte qu’elle soit encore plus indépendante et qu’elle aille à l’école pour peut-être reprendre des études et faire de ma vie ce que je veux. Quand à 20 ans elle quittera la maison, je ne veux pas me dire que je me suis oubliée pendant 20 ans ! Alors, je fais des concessions bien sûr, mais je pense à moi aussi et son papa s’implique également dans tout ça pour que j’ai aussi des moments rien qu’à moi, c’est important.

    J'aime

  4. Je vis au Canada et nous avons droit à un congé maternité puis parental de 8 mois ou un an selon ce qu’on choisit. J’angoissais à l’idée de me retrouver en congé, moi qui adore travailler. J’aurais adoré dire « en fait tout s’est très bien passé » mais non. Meme en le sachant, je vis mal le fait d’être à la maison. Chez moi non plus ce n’est pas rangé. Je n’ai juste pas le goût. Je leur donne le maximum, j’essaye d’être constante, de les occuper, de les amuser, mais le coeur n’y est pas. Travailler fait partie de mon équilibre. Je passe donc très bientôt la barre au papa qui restera avec notre mini jusqu’à son entrée à la garderie à 8 mois. Et moi je file reprendre le travail. Et ma vie.

    J'aime

  5. Bonjour, et merci pour cette confidence. C’est tellement important que d’autres entendent ce paradoxe dont vous témoignez. Je l’ai connu. Et vous en parlez si bien.
    J’ai connu aussi la surprise du bébé indépendant qui n’aime pas trop les câlins, les bras… Le mien aura bientot 11 ans et croyez-moi, il sait ce dont il a besoin, et quand il en a besoin. En fait, ces enfants-là sont porteurs d’un trésor au fond d’eux. Ils ne sont pas indépendants, mais autonomes: ils ont un capital de sécurité affective bien rempli. Et ça, pour grandir, c’est un atout énorme;-)
    Je vous souhaite de vous trouver vous, sur ce chemin de la « femme-mère-mais-femme ». C’est un parcours parfois douloureux, mais chacune de nos expériences de femme (grossesse, maternité, intimité, rapport à notre conjoint, sexualité, travail…) le nourrit, et nous révèle à nous-même. Et puis un jour, quand on se trouve, la vie est belle.

    J'aime

  6. 8 ans que je le dis, après être passée moi même par une dépression post natale à la suite de l’arrivée du 2e : une maman épanouie fait des enfants épanouis. Ils le sentent tellement. Donc c’est TOI la priorité. Et le reste suivra. Prends du temps pour toi. Quant aux enfants différents, je pense comprendre, et… ta culpabilité qui va avec. Evidemment, SURPRISE, ce n’est pas toi, tu fais évidemment tout bien. Les enfants sont différents et l’indépendance/l’autonomie (ici de mon ainée surtout) est un chance pour elle !! Et tu verras, ils changent… elle est devenue plus caline en grandissant !
    Bien à toi.

    J'aime

Un petit mot...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s